Pourquoi les poissons ? Essentiellement, parce que ce sont des êtres vivants d’une grande diversité, mais qui n’ont avec nous, humains, aucune interaction affective. Nous ne respirons pas le même air. Dans le meilleur des cas, ils nous sont un divertissement dans des aquariums exotiques. Dans le pire (pour eux), ils sont dans notre assiette.

Les poissons, sympathiques collaborateurs ! Il en existe tellement, de tant de sortes, formes, couleurs, d’eaux douces ou salées, froides ou tropicales, de surface ou de grands fonds, sobres ou somptueux, que, quand je croirais en inventer un, miracle : il existe. Aucun de mes poissons n’est pure invention.

Mes poissons sont un sujet-prétexte d’une infinie richesse : les mers et les océans sont devenus nos poubelles, mais aussi le cimetière des migrants fuyant la misère ou la guerre. Ils sont encore, néanmoins, le lieu de nos rêves et éblouissements.

Je travaille sur des séries, dont chacune décline un thème et une procédure.

 

Why fisch ? Perhaps because, despite their formidable diversity and status as living creatures, their interaction with humans is at a minimum. We do not breathe the same air. At best they are an exotic diversion in aquariums. At worst (for them), we serve them up on plates.

Fish are my friendly collaborators. They exist plentifully in all shapes and colours, in waters salty and fresh, freezing and tropical, near the surface or in some deep abyss, so that even when I believe I’m inventing a fish, it already exists. None of my creations is pure invention.

Fish are, for me, endlessly fascinating.  the seas and oceans have become our rubbish, but also the graveyard of migrants fleeing misery or war. They are still, however, the place of our dreams and dazzles.

Each serie I create is themed by subject and/or technique.